Emile GILIOLI

Emile Gilioli , né en 1911 et décédé en 1977, a vécu et travaillé quelques années dans la région : un peu à Grenoble, dans un atelier dont il a disposé au 15 de l’avenue Alsace Lorraine, bien davantage dans le Trièves, à Saint Martin de la Cluse ou il a séjourné de 1942 à 1945 puis épisodiquement pendant de nombreuses années, et où d’ailleurs il a souhaité être enterré. La maison où était son atelier est ouverte au public. Elle abrite une exposition permanente retraçant le parcours du sculpteur et la grande diversité de son activité artistique, qui a dépassé de beaucoup les frontières. Peut-être même, comme il arrive souvent, est-il plus connu et apprécié à l’étranger qu’en France.

Sa première exposition publique fut organisée à Grenoble en 1941 ; son nom est attaché à plusieurs œuvres dans le département, sculptures d’église ou monuments commémoratifs : Grenoble, Voiron, Voreppe, Sénard, Chamrousse, etc. Sans oublier, bien sûr, Méaudre !

Son art semble associé d’une certaine façon à des faits de la Résistance : il a fait don de deux œuvres à Vassieux, l’une installée au col de Lachau, dédiée aux Martyrs de la résistance, l’autre, près de l’Eglise, dans le village, en hommage aux victimes civiles des combats. Et il a conçu le Monument National de la Résistance du plateau des Glières, qui est considéré comme son œuvre majeure, sans doute aussi celle dans laquelle il s’est le plus réalisé, lui qui souhaitait faire une "sculpture habitable".

Extrait d’un article paru dans Nord Vercors (2004)


Dans la même rubrique...